Historique de la ville

La présence de l’homme à Milly remonte à des temps très anciens. La région est riche en vestiges préhistoriques, en grottes ou cavernes gravées et le très beau menhir du Paly atteste, lui aussi, de cette lointaine présence humaine.

Selon certains chroniqueurs, Milly serait d’origine gauloise et, à l’époque gallo-romaine, Milly était un bourg important et actif.

Milly apparaît pour la première fois dans l’histoire de France du VIIe siècle : "il était alors nommé Maurillac, du latin Maurillacum. Un officier nommé Fulbert, qui servait dans les armées des rois Dagobert Ier et Clovis II, en était le seigneur".

Ce seigneur eut un fils, Wulfran, qui devint évêque de Sens (692). Il finit sa vie à l’abbaye de Fontenelle et fut canonisé sous le nom de Saint Wulfran. Il légua tous ses biens à l’église et la seigneurie devint donc terre d’église durant cinquante ans.

Charles Martel, après avoir annexé de nombreux biens d’église, les conféra à titre de bénéfices à ses compagnons de lutte, pour les récompenser de leurs bons et loyaux services. Toute la province du Gâtinais revint d’abord à Tertulle, comte d’Anjou, puis au roi Philippe Ier.

C’est sans doute à cette époque que Milly-en-Gâtinois trouva son nom définitif. A titre de bénéfice temporaire, le fief fut concédé par les rois de France à différents seigneurs qui, durant les XIIe et XIIIe siècle portèrent tous le nom de sire et châtelain de Milly.

En 1287, Milly quitta définitivement le domaine de la couronne pour devenir un fief héréditaire : la maison de Milly fut alors fondée.

La maison de Milly s’étant éteinte, le roi Philippe le Bel donna le fief à son chambellan, Hugues de Bouville et le domaine fut érigé en baronnie-pairie avec droit de haute et basse justice. Ses titulaires prirent le nom de " hauts et puissants barons de Milly". Jusqu’au XIXème siècle, c’est-à-dire pendant six cent ans, cinq familles vont alors se succéder dans la possession de cette baronnie :
- Hugues de Bouville et sa descendance, les Clisson, les Meullent, les Montenay, durant toute la guerre de cent ans, (1287-1462).
- Louis Mallet de Graville et les Vendôme, depuis les débuts de la Renaissance jusqu’à la Réforme et aux Guerres de religion.
- Les Montmorency : ils garderont le fief peu de temps et le vendront au seigneur de Fleury-en-Bière (1579-1584).
- Les Belon conserveront le domaine jusqu’au milieu du XVIIème siècle (1584-1658)
- Enfin, Jean Perrault, les Saint-Aulaire, Les du Lau d’Allemans possèderont les terres et les biens de la seigneurie durant deux cents ans (1658-1858).

Bien des événements ont jalonné l’histoire de notre commune : les ravages causés par les anglais pendant la guerre de Cent ans (1410 et 1432), la construction dela Halle (1479), la reconstruction de l’église et du château par Louis Mallet de Graville, durant ce même XVe siècle, etc.

Plus près de nous, un fait, parmi bien d’autres, reste présent dans la mémoire des anciens : l’inauguration du chemin de fer Etampes-Milly-Corbeil ( le fameux "tacot"), le 22 septembre 1912.

De nombreux artistes dont Jean Cocteau, Jean Tinguely et Niki de Saint-Phalle ont grandement contribué à la reconnaissance culturelle de la ville.

GIF - 2.9 ko
Blason de Milly-la-Forêt
De sable au lion d’argent, au chef du même.

Grâce à M. Sougit et ses essais historiques sur Milly, il est possible de donner l’interprétation de la devise de Milly qui est : DE MILLIACO MILES, Soldats de Milly.

En effet en 1214, Philippe Auguste voulant repousser les ennemis ligués contre lui, convoqua ses vassaux et les enrôla dans son armée. Certains avaient comme noms : Pierre de Milly (Pétrus de Milliaco) et Guillaume de Milliaco, ils devinrent ainsi les soldats de la cause royale.

La Banque du Blason

Liens vers un site sur l’histoire et l’actualité de Milly-la-Forêt
milly91490.blogspot.com


1, Place de la République
91 490 MILLY-LA-FORET - Tél : 01.64.98.80.07