Janv. Avril 2008 - "Les tableaux restaurés de la collection Bédu"

JPEG - 49.4 ko

Depuis 2000, la Municipalité veille sur la collection d’objets d’art de Paul Bédu aujourd‘hui exposée à l’Espace culturel qui porte son nom. Fidèle aux volontés de Mme Bédu, la ville de Milly-la-Forêt garantit l’accès du public aux collections, ainsi que la pérennité et la protection des œuvres.

Dans ce cadre, la ville a récemment confié une dizaine de tableaux aux bons soins de Barbara Bailleul, restauratrice d’art agréée par le Domaine départemental de Chamarande (lire la rencontre ci-dessous). Ce sont ces tableaux restaurés qui étaient exposés du 12 janvier au 13 avril à l’Espace culturel Paul Bédu.


Les frais de cette restauration sont répartis entre la Mairie de Milly-la-Forêt (20%), le Conseil général de l’Essonne (40%) et la Région Ile-de-France (60%).

Rencontre avec Barbara Bailleul, restauratrice de tableaux

_ Madame Bailleul, vous êtes restauratrice professionnelle depuis vingt ans, pouvez-vous nous retracer les différentes étapes de votre parcours ?

Oui c’est vrai, cela fait 20 ans déjà que j’ai opté pour cette voie professionnelle ! C’était un choix très net et sans hésitations, alors que j’étais encore lycéenne en Pologne. Je me suis formée là-bas, à l’université Copernic à Torùn où j’ai étudié pendant huit ans. A la sortie de la faculté, j’ai commencé à travailler pour des musées mais aussi pour des marchands et des particuliers. Je restaurais exclusivement des peintures. Lorsque je suis venue en France pour suivre mon mari, j’ai continué mon activité. Cela n’a pas été facile au début, il a fallu comprendre les processus français, renouer des contacts mais, petit à petit, les commandes ont repris jusqu’à la reconnaissance de l’atelier par le Conseil général et le domaine de Chamarande. Cet agrément est très important car cela permet de faire la différence entre un professionnel et un amateur. Heureusement pour tout le monde, les règles sont de plus en plus strictes et n’importe qui ne peut plus s’improviser restaurateur d’art.

_ Comment procédez-vous lorsque l’on vous confie un tableau ?

Tout d’abord, je travaille seule, dans la profession, nous sommes plutôt solitaires ! C’est un rapport très particulier avec l’œuvre et il est difficile de faire confiance à des stagiaires ou de jeunes collègues. Dans le cas du paysage de l’école de Barbizon appartenant à la collection de l’Espace Bédu, j’ai procédé à des retouches légères comme le veut la déontologie de notre profession. Je l’ai d’abord nettoyé en enlevant le vieux vernis et les repeints qui dataient d’une trentaine d’années, peu discrets et disgracieux. Cette première opération a fait réapparaître les très belles couleurs d’origine et toute la fraîcheur de la peinture. Ensuite, comme il était déchiré sur deux centimètres, j’ai repris la toile et aplati la boursouflure de façon à garantir une harmonie visuelle. Le tableau a retrouvé tout son charme et sa douceur. Au-delà du résultat, la méthode est importante. Nous agissons de la façon la plus légère possible et nous sommes très stricts sur l’usage de techniques réversibles.

_ La découverte de chefs d’œuvre cachés fait toujours un peu rêver : vous est-il arrivé de découvrir un tableau de maître derrière un banal tableau de fleurs ?

Mais oui, ça arrive plus souvent que l’on ne croit ! Je me souviens très bien d’un affreux tableau de champs de blé en été que je ne voulais même pas restaurer tellement il était laid. Puis, en le nettoyant, je me suis rendu compte que la peinture partait très facilement. J’ai contacté la propriétaire pour savoir si elle souhaitait que je poursuive et, avec son accord, nous avons découvert une nature morte hollandaise extraordinaire du XVIIe. Je pense pour ma part qu’il s’agissait d’un tableau volé que l’on avait maquillé pour le faire voyager.

_ Nous ferons une exposition réunissant les tableaux restaurés accompagnés de vos commentaires, ce sera très intéressant.

Mais oui, pour chaque tableau, nous documentons scrupuleusement toutes les étapes du travail, vous pourrez donc, ainsi que vos visiteurs, comparer les œuvres avant et après !


1, Place de la République
91 490 MILLY-LA-FORET - Tél : 01.64.98.80.07