Préparer les forêts de demain

JPEG - 55.2 ko
Futaie de hêtres après éclaircie
Futaie de hêtres après éclaircie

Les coupes d’arbres réalisées par l’Office National des Forêts s’inscrivent dans un processus d’aménagement durable.

Pourquoi l’Office national des forêts coupe-t-il des arbres ? Sa mission de préservation des forêts aurait-elle fait place à une exploitation massive de la ressource en bois ? L’agence interdépartementale de l’ONF de Fontainebleau reçoit nombre de lettres et appels téléphoniques manifestant l’inquiétude de certains riverains pour l’avenir de leur forêt. Or ces coupes sont essentielles à la conservation et au renouvellement de la forêt. Elles font partie d’un programme d’aménagement durable établi pour chaque forêt au plan local en concertation avec les élus et associations et approuvé au plan national par le ministère de l’agriculture.

Contrairement aux idées reçues, la surface de la forêt française a doublé depuis 1850. Elle s’accroît de 40 000 hectares par an et la récolte de bois annuelle est bien inférieure à la production biologique. En Île-de-France, on récolte 220 000 m3 par an, pour une production de 400 000 m3.

Couper pour régénérer :
Les coupes réalisées par les forestiers sont de deux types :
- les coupes d’amélioration : éclaircir le peuplement forestier afin de favoriser la croissance de certains arbres choisis pour constituer la forêt adulte,
- les coupes de régénération : ouvrir progressivement le peuplement forestier afin que la lumière pénètre jusqu’au sol, favorisant ainsi la germination des glands ou autres graines et, à terme, la croissance d’une nouvelle forêt.

Cette gestion dynamique des peuplements forestiers garantit la durabilité de nos forêts. Ne pas la mener serait dangereux : les peuplements trop âgés ou trop serrés sont plus fragiles et plus sensibles aux aléas climatiques. La tempête de décembre 1999 l’a clairement montré en Île-de-France.

Préserver la biodiversité :
La présence en mosaïque de zones de peuplements forestiers âgés et jeunes est favorable au développement d’espèces animales variées.

Diminuer l’effet de serre :
Les jeunes forêts résultant de ces interventions participent activement à la captation du gaz carbonique (CO2) et donc à la lutte contre l’effet de serre, car ce sont les jeunes arbres qui consomment les plus grandes quantités pour leur croissance. Une partie de la production forestière est également utilisée comme bois énergie, qui se substitue aux énergies fossiles (pétrole, gaz, etc.) et participe ainsi à une moindre pollution atmosphérique.

La récolte de bois finance en grande partie l’entretien et l’équipement de la forêt : protection contre les incendies, accueil du public, conservation de la biodiversité, etc. Une gestion durable, et autofinancée.


1, Place de la République
91 490 MILLY-LA-FORET - Tél : 01.64.98.80.07